Les Biophotons, pourquoi il faut manger « vivant »

  • Quantique Science Vertus thérapeutiques

Nos cellules communiquent entre elles par l’échange de  » biophotons « , lumière ultra-ténue porteuse d’informations, porteuse de vie. Travaux du biophysicien Fritz Albert Popp sur le rayonnement cellulaire.

La lumière est fondamentale pour toute forme de vie terrestre:


Nous savons de longue date que la lumière solaire est utilisée par les végétaux pour synthétiser diverses substances parmi lesquelles on peut citer les sucres. En 1975, le biophysicien allemand Fritz Albert Popp prouvait que toutes les cellules vivantes émettent et captent constamment de la lumière. Il ne s’agit pas seulement de cellules de végétaux, mais aussi des cellules animales… et humaines. Cette découverte est destinée à modifier considérablement dans les années à venir la conception de la biologie fondamentale. Elle nous engage vers une biologie dans laquelle la physique quantique serait partie prenante. Le professeur Ilya Prigogine, prix Nobel 1977, a introduit le principe selon lequel de l’énergie fournie localement en des endroits déterminés peut se propager à l’ensemble d’un système, donc se délocaliser. Ceci ne se produit qu’en dehors de tout équilibre.

La lumière est fondamentale pour toute forme de vie terrestre, un système de communication codée entre cellules sous forme de biophotons:

En réalité, ce que F.A. Popp a découvert est fondamental et est une application des structures dissipatives. La lumière (= énergie) distribuée dans les tissus vivants par ces émissions cellulaires joue un rôle central dans des processus moléculaires profonds. Cette lumière est présente sous la forme de quantités d’énergie bien définies émises de manière synchronisée (photons). Ces photons biologiques ou biophotons (assimilables à des particules de lumière, donc associées à une fréquence électromagnétique lumineuse particulière) excitent les molécules en modifiant leur niveau énergétique et permettent ainsi le déclenchement de réactions biochimiques importantes. Nous pouvons affirmer aujourd’hui que chaque processus chimique dans nos cellules est initié grâce à une émission particulière de biophotons (chaque biophoton représente une quantité définie d’énergie appelée quantum). Ceci nous permet de comprendre que les événements cellulaires sont régis par des processus relevant de la physique quantique. Ces particules de lumière ne concernent pas seulement les tissus exposés à la lumière solaire comme la peau, mais aussi les tissus profonds : reins, foie, poumon, pancréas, par exemple. En somme ces biophotons vont de cellule en cellule et sont en quelque sorte l’objet d’échanges. Ces émissions sont des manifestations de la vie normale de cellules vivantes impliquées dans le fonctionnement d’un tissu ou d’une colonie de cellules.

L’ADN est le siège de ces échanges de biophotons:

F.A. Popp et ses collaborateurs ont aujourd’hui démontré que ces émissions de lumière se font au niveau de l’ADN. Ils ont même prouvé que l’énergie lumineuse est « stockée » dans l’ADN sous forme de biophotons et que ce stockage peut perdurer pendant toute la vie de la cellule. Lorsque des cellules groupées en tissus vivants meurent, elles émettent toutes ensemble leur rayonnement photonique, ce qui tend à indiquer que leur fonctionnement tout comme leur mort sont étroitement coordonnés. Il s’agit là aussi d’émissions « cohérentes ». Les gènes émetteurs de l’ADN sont également des récepteurs, si bien qu’un échange énergétique s’établit entre le corps vivant et le milieu extérieur.

Aliments « vivants » et émissions photoniques:

Il ressort des études menées par F.A. Popp, que toute alimentation digne de ce nom doit comprendre une partie « vivante » importante, c’est-à-dire un milieu dans lequel des photons sont encore « stockés » et donc transférables à l’organisme récepteur. Les organismes vivants sont des systèmes « ouverts » au sens thermodynamique. Ils ne puisent pas seulement dans leur environnement les matériaux chimiques nécessaires à leur métabolisme, mais également des informations destinées à entretenir leur fonctionnement. Ceci nous indique l’importance, en matière de santé, des moyens de conservation utilisés pour des aliments frais. Il va de soi, nous indique F.A. Popp, que des légumes ou des fruits stabilisés par irradiations gamma (ionisés) perdent la quasi totalité de leur potentiel nutritif puisque les cellules qui les composent sont tuées par l’irradiation (évasion des photons des structures cellulaires). De même les fruits et légumes stérilisés présentent le même inconvénient majeur. L’organisme, en mangeant des fruits et légumes frais, consomme aussi de la lumière sous forme de photons. « Nous sommes tous des dévoreurs de lumière », nous dit Popp.

Des photons à faible énergie:

Aujourd’hui, dans le monde entier, bien des biophysiciens et des biologistes sont convaincus de ce que l’on peut étendre la notion de photons à des rayonnements d’énergie beaucoup plus faible. La notion de quantum d’énergie peut être étendue à des fréquences de toute la gamme des radiations non ionisantes. On a découvert que certaines fréquences électromagnétiques pulsées comprises entre 1 et 1 000 Hertz peuvent agir sélectivement sur des processus de reconstruction de tissus vivants. Depuis 1974, des orthopédistes et des physiciens de l’Université de Columbia (New York) traitent avec succès des pseudarthroses (fractures ne se consolidant pas) par l’application d’une fréquence électromagnétique précise à très faible intensité. En Russie, depuis plus de 20 ans, on utilise des ondes millimétriques (aux environs de 300 GHz) à très faible intensité (c’est-à-dire non thermiques) pour traiter des maladies cardiovasculaires dégénératives graves . Il ne s’agit là de rien d’autre que de l’application de mécanismes de la physique quantique, c’est-à dire de l’utilisation de photons dont l’information restructure les cellules osseuses. On peut également dire qu’il s’agit là d’applications des structures dissipatives selon I. Prigogine.

Extrait de BioContact N°113 – avril 2002 – dossier Lumière et Santé

Une remarque, une question ?

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Abonnez-vous à notre newsletter !