Jardinage, Santé

Intolérance au gluten: la faute au glyphosate?


Il y a quelques années, personne ou presque ne connaissait le gluten, cette protéine qui colle! Aujourd’hui, tout le monde compte dans son entourage quelqu’un ayant banni de son alimentation cette substance viscoélastique présente dans de nombreuses créréales, ainsi que dans 70% des produits agroalimentaires.


Du glyphosate dans les céréales:


A l’origine de ce désamour: l’explosion de l’intolérance au gluten ou maladie coeliaque, une pathologie auto-immune qui endommage la muqueuse intestinale et conduit à la malabsorption des nutriments, douleurs, diarrhées, anémie, fatigue, ostéoporose, et même problème de fertilité. Selon la SNFGE, 1% de la population européenne serait concernée par ce problème, mais la plupart seraient peu voire a-symptomatiques.


Un monde global:


Breveté en 1974 par la firme américaine Monsanto, le Roundup, dont le principal constituant est le glyphosate, est l’herbicide le plus répandu au monde. Sitôt commercialisé, ce pesticide a été répandu sur des milliers d’hectares de sol, avant une récolte ou après un semis, pour tuer “les mauvaises herbes”. Douze ans plus tard, la firme américaine lance un nouveau brevet qui permet cette fois de pulvériser l’herbicide directement sur le feuillage de certaines plantes: les fameux OGM. En Europe, le seul OGM autorisé à la culture commerciale est le maïs MON810, mais en pratique, il n’est guère cultivé qu’en Espagne et au Portugal. L’espace Schengen semble a priori épargné par les résidus de glyphosate dans les aliments.

C’est sans compter 2 éléments
:


Remplacer le soleil par le Roundup:


Une assosiation d’agriculteurs italien a dénonçé la présence de quantité affolantes de résidus de glyphosate dans les grains servant à fabriquer “la pasta”. Cela est dû à la dessiccation, une opération qui consiste à ôter l’humidité d’un corps. En agriculture, elle consiste à pulvériser du glyphosate sur les céréales et les oléagineux non OGM une à deux semaines avant la récolte. Cette pratique est interdite en France depuis décembre 2019, mais en revanche légale dans certains pays européens où les étés sont humides, et elle est largement pratiquée aux Etats-Unis et au Canada.
D’arpès une analyse (The detox project), ” les niveaux d’exposition trouvés ici confirment que la pulvérisation de glyphosate avant la récolte sur les aliments courants fait courir un risque inacceptable pour les consommateurs, en particulier ceux dont le système immunitaire est affaibli”.


On arrose crescendo:


Ce risque est d’autant plus inadmissible que les limites maximales de résidus de glyphosate autorisée n’ont cessé d’augmenter au fil du temps.

Entre 1993 et 2015 aux Etats-unis, les seuils réglementaires ont été multipliés par:
300 pour les grains de blé
1000 pour la paille de blé
50 pour le maïs
300 pour l’avoine
25 pour les haricots secs
2000 pour la luzerne

L’Europe n’est pas en reste, les limites maximales de residus dans les lentilles sont passées de 0,1mg/kg à 10mg/kg.

Le pesticide antibiotique:


En 2014, Dr Nancy Swanson s’est efforcée de démontrer que le glyphosate était responsable de l’augmentation de la plupart des maladie chroniques, dont le diabète, l’obésité et les maladies rénales.

La même année, Stéphanie Seneff a cherché à établir un lien entre le glyphosate et la maladie coeliaque. D’après cette spécialiste, le glyphosate agirait comme un analogue de l’acide aminé glycine. “Il entre par erreur dans les protéines de l’organisme, en lieu et place de celle-ci, causant, à force d’accumulation une inflammation.

Thierry Vrain: ” En 2010, Monsanto a obtenu un brevet pour la fonction antibiotique de son pesticide. La nouvelle formulation a dès lors permis de tuer à des doses infimes un très large spectre de micro-organismes. Or des micros-organismes, nous en avons plein notre microbiote intestinal et leur fonction est essentielle pour l’équilibre de notre flore.

Dans une étude publiée en 2018, le professeur Séralini, a mis en évidence la présence de métaux lourds non déclarés dans la demande d’Autorisation de mise sur le marché, AMM, (alors que la loi l’exige) qui sont encore plus nocifs pour la santé. Parmis eux, de l’arsenic et des dérivés du pétrole!Le gluten fonctionne comme une éponge avec ces polluants. Plus l’aliment contient du gluten – comme le pain – plus il absorbe ces produits chimiques. Dès lors, c’est la porte ouverte aux intolérances alimentaires.

Extrait du magazine Nexus n°144 “Glyphosate : intolérance au gluten”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *