Consommation d’eau de Quinton et pollution marine

  • Plasma marin Vertus thérapeutiques

Micro, nano-plastiques, définition:


Sous l’effet des ultraviolets du soleil, les plastiques jetés dans l’océan se décomposent avec le temps en particules plus fines et petites:
  • devenant d’abord des micro-plastiques de taille comprise entre 0.1mm et 5mm,
  • ensuite les molécules de ces premiers se détachent par morceaux dont la taille finale va atteindre 70 voir 30 nm (0.07 voir 0.03 microns). Ces derniers sont appelés nano-plastiques

Pour info: 0,0002 millimètre (mm) = 0,2 micromètre ou microns (µm)= 200 nanomètre (nm)


Filtration de l’eau de Quinton:


Le filtre a froid utilisé est d’une taille entre 0,2 et 0.5 microns (en fonction des protocoles) et supprime tous les micro-plastiques et une partie importante des nano-plastiques. Il laisse passer par contre malheureusement les plus petits nano-plastiques. En théorie, il y aurait donc lieu de s’inquiéter ; mais en pratique NON: comme pour les métaux lourds, les nanoparticules se retrouvent piégées dans les organismes vivants de l’océan, à commencer par le plancton qui joue un vrai rôle de filtre. Les nanoparticules se crochent de manière irréversible dans les tissus vivants et ainsi toutes les études montrent que la plus grande majorité des nano-plastiques présents dans l’océan est en fait contenue dans le plancton et les poissons qui mangent directement ou indirectement ce plancton. L’eau de Quinton éliminant par filtration le plancton (taille supérieur à 0,2 microns), une immense majorité tant des nano-plastiques que des métaux lourds est donc éliminée.


Répartition des pollutions sur le globe:


Les micro et nano-plastiques sont répartis de manière très inégale sur le globe en raison des courants marins. Les zones d’accumulation sont situées proche de l’équateur alors que vers les pôles les eaux sont beaucoup moins contaminées par ces plastiques.
  • L’eau de mer captée dans l’océan atlantique avant filtration, est donc déjà l’eau de mer européenne la moins contaminées, car provenant par le grand large et aussi en profondeur du Groenland, une région largement plus propre que l’équateur.
  • Dans les eaux les plus contaminées (zones d’accumulation équatoriale et résurgences des mers fermées), la mer méditerranée est la sixième plus grande zone d’accumulation de ces déchets ; elle représente à peine 1 % des eaux mondiales mais concentre à elle seule 7 % de tous les micro-plastiques de la planète. Elle concentre en moyenne 1,25 particules par m2 de micro-plastique soit 4 fois le niveau de l’une des « îles de plastique » du Pacifique. Etant micro-filtrée, l’eau de mer méditerranée commercialisée ne contient pas de micro-plastiques. Source: ICI

Pour les nanoparticules, il n’existe actuellement aucune méthode de mesure car leur quantité est trop faible pour être mesurée avec les outils actuels. Toutes les études actuelles sont faites sur l’analyse de poissons et de plancton qui ont piégé et concentré durant leur vie entière ces particules. Aucune mesure de concentration dans l’eau n’est réalisée ni réalisable ! 

Lacs et rivières bien plus polluées:


Les lacs et rivières sont proportionnellement beaucoup plus contaminées que les eaux océaniques en raison du beaucoup plus faible volume d’eau qu’elles représentent ( 100 000 fois moins que l’eau des océans!). Les eaux des lacs et des rivières sont contaminées par des nanoparticules. Ce sont des nano-polluants provenant de tout ce que l’on jette dans les eaux usées – moins des plastiques et plus de substances chimiques diverses – impossible à filtrer par les stations d’épuration. Ces produits chimiques proviennent tant de l’industrie, de l’agriculture, que de la médecine (urines et selles contaminées par les médicaments). Ainsi, à moins de bénéficier d’une eau de source provenant des montagnes, il y a davantage à s’inquiéter à boire l’eau du robinet qu’à boire de l’eau de mer non filtrée qui plus est !

Etudes scientifiques sur la dangerosité des nano-plastiques: 


Dans d’autres études, on s’est néanmoins intéressé à l’effet sur les organismes vivant de ces nanoparticules en faisant vivre en laboratoire différentes espèces marines dans de l’eau volontairement polluée avec des nano-plastiques. Il s’avère qu’au dessous de 0.5 mg/litre – ce qui est énorme ; plusieurs milliards de milliards de particules par litre (alors qu’on en
compte 0.1 à 0.5 particule par mètre cube dans l’eau de mer équatoriale ou de la Baltique) – aucun effet sur la santé des organismes vivants n’est observable. Certes ces organismes piègent ces particules dans leurs tissus adipeux et également dans les tissus rénaux mais leur espérance de vie ne semble pas affectée malgré ces quantités énormes de nano-plastiques. Les nano-plastiques sont donc de toute évidence bien moins dommageable pour la santé que les métaux lourds.

Conclusion: 

  • tous les macro, méso et micro-plastiques et les plus grands nano-plastiques sont éliminés par la microfiltration des eaux de mer commercialisées.
  • les nano-plastiques comme les métaux lourds, sont presque totalement piégés dans le plancton et les poissons, et sont éliminés également par la microfiltration de l’eau de Quinton qui supprime ce plancton. L’institut Cousteau de Monaco a montré que la concentration en métaux lourds est 30’000 fois supérieure dans le plancton que dans l’eau de mer.  Ainsi en comparaison avec des poissons en fin de chaîne alimentaire, la quantité de métaux lourds et de nano-plastiques présents dans l’eau de mer est dérisoire!
  • la quantité en micro et nano-plastique présente dans l’eau AVANT filtration est dérisoire en raison du volume gigantesque d’eau présent dans les océans ; si petite qu’on n’arrive aujourd’hui pas encore à en faire des mesures fiables
  • on a beaucoup plus à s’inquiéter de certaines eaux du robinet et eaux en bouteille que de l’eau de mer en matière de particules par unité de volume !

Quelle eau de mer je conseille suivant cette article: ICI

Commentaires

  1. 15 septembre 2021
    DELATTRE

    Bonjour, Mon commentaire est que votre site est un régal !!!! je viens de le découvrir au hasard de recherches sur QUINTON que j’achète régulièrement chez CSBS, et je suis praticienne en Energétique. Je trouve sur votre site tout ce qui m’intéresse et me paraît incontournable, et j’aime beaucoup l’association des 3 serum, marin, végétal et terre…
    Vraiment ravie !!!! Je vais donc me rapprocher de vous pour connaître aussi vos conditions thérapeutes éventuelles (je conseille beaucoup ma clientèle aussi…)(SIRET 500 534 334 000 23).Vos sources d’écrits sont très pertinentes aussi, moi qui m’intéresse à tout ça depuis 30 ans, je me régale !!!!

    • 15 septembre 2021
      gregoire

      Bonjour Annick et merci pour votre retour, c’est très encourageant! Au plaisir de travailler ensemble!

      MERCI!

      Grégoire

Une remarque, une question ?

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Abonnez-vous à notre newsletter !